Notre IEF

#mathématiques : multiplier en jouant avec les dominos

Travailler les mathématiques c’est bien mais si on peut le faire de manière ludique c’est encore mieux! Manipuler des objets pour pouvoir s’imprégner de certaines notions mathématiques permet à l’enfant de rendre certaines notions plus concrètes. De voir concrètement de quoi il s’agit.

Alors pour changer un peu de nos activités habituelles, ou des jeux que l’on fait régulièrement pour travailler les multiplications, j’ai proposé à Antonin de le faire autrement.

J’ai posé devant lui son ardoise, un bol de dominos, et les cubes (learning ressources). Et je lui ai proposé de piocher au hasard un domino. Les points de chaque côté du domino représentant un nombre à multiplier avec celui de l’autre côté. J’aurai pu tout simplement lui donner deux nombres au hasard, mais j’ai trouvé que ce serait plus sympa de cette manière. Je cherchais quoi lui proposer ce matin pour travailler la multiplication et mon regard s’est posé sur le bol de domino qu’on a ajouté à notre étagère de mathématiques. Il a bien aimé l’idée. On en pioche 5 ou 6 par séance. L’idée n’étant pas de faire une longue séance de travail mais plusieurs séances rapides régulièrement.

Comme il a encore parfois du mal avec la compréhension de ce que représente l’opération « 3 fois 4 » (mettre 4 trois fois), pas très aidé avec ses difficultés de langage (dysphasie), je lui demande de réaliser chaque opération en la modélisant avec les cubes pour l’aider à bien ancrer ce que représente chaque opération. Qu’il puisse observer/sentir en plaçant les cubes que « 3X4 » c’est « trois tas de quatre cubes ». Cette partie m’intéresse tout autant (sinon plus pour le moment) que le résultat lui-même. Parce qu’une fois qu’il aura bien compris le principe de la multiplication (répétition d’une addition tout simplement); il retrouvera le résultat sans difficulté.

Apprendre à multiplier en utilisant les dominos et les cubes… toujours sous la surveillance de ses petits ours!

On a fait le choix de privilégier la compréhension à l’apprentissage par cœur. Quand on a compris, on peut retrouver le résultat tout seul. Alors que quand on connait par cœur sans avoir vraiment compris un raisonnement, c’est difficile de retrouver son résultat.

Ensuite, plus tard, à force de jeux, de manipulation, de mise en pratique, l’enfant finit par intégrer les résultats et s’en souvenir. Ou alors il développe (comme la demoiselle) des techniques parfois un peu étranges pour arriver au résultat voulu.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s